Devant l’impossibilité d’organiser la Journée du Souvenir des victimes et des Héros de la Déportation ce dimanche 26 avril, Monsieur Lombardo, adjoint délégué aux affaires militaires a tenu à publier ces quelques lignes.
Chers Farenques, chers Farencs,
Dans ce contexte de crise sanitaire, je souhaite m’adresser à vous via la page Facebook de la commune afin que nous puissions continuer à alimenter le lien qui nous unit ensemble et avec notre histoire, ce qui unit l’état et la nation.
Aussi, faute de cérémonie ouverte au public, il me semble que nous pouvons communier ensemble dans le souvenir.
Ce dimanche 26 avril, nous nous recueillerons partout en France pour la Journée Nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation.
Aristote nous a transmis cette pensée : « Savoir, c’est se souvenir ». Notre devoir est, en effet, de rappeler les faits qui ont eu lieu, qui se sont déroulés dans notre Histoire commune afin que chaque famille puisse se souvenir de ce passé douloureux.
Nous devons également transmettre aux jeunes générations ce savoir qui doit être relayé au fil du temps afin que jamais personne n’oublie, afin que jamais personne ne soit ignorant de ce que l’homme est capable de faire.
En Europe, plus de 700.000 femmes, hommes et enfants ont été internés dans le système concentrationnaire nazi de l’Allemagne d’Adolf Hitler, parce qu’ils étaient juifs, des tziganes, des homosexuels, des résistants ou des opposants politiques.
La France sous le régime de Vichy, a participé à cette politique de « la solution finale » en étant responsable de 80 % de la déportation des juifs de France.
Nous devons donc nous souvenir de toutes ces personnes qui ont subi cette Déportation, nous devons nous souvenir de la souffrance de chaque individu, de chaque famille.
Nous devons également rendre hommage à tous ceux qui se sont soulevés face à l’imaginable et qui sont dans nos cœurs des héros de l’Histoire. Ces personnes quel que soit leur âge, femme ou homme, quelle que soit leur origine, leur milieu social, ont cherché à s’opposer à l’inhumanité.
Alors je vous propose que ce dimanche au moment de la cérémonie officielle à 11 heures, vous observiez dans vos foyers une minute de silence que nous pourrons partager.
Yves Lombardo
Adjoint au maire
Délégué aux affaires militaires