En ce vendredi 8 Mai 2020, nous ne pouvons-nous réunir à l’occasion de la 75eme Commémoration de la fin de la deuxième guerre mondiale. Le contexte dans lequel nous évoluons, en effet, à cause de la crise sanitaire que nous traversons, nous empêche de célébrer en communion ce moment historique qui mit fin à l’une des périodes les plus meurtrières de l’Histoire, partout dans le monde.Pourtant, je souhaite m’exprimer à travers le site internet de la commune, pour que nous puissions tous ensemble, même à distance partager ce moment solennel de reconnaissance.

Une gerbe du souvenir au nom de la Municipalité sera déposée en ma seule présence et celle du porte-drapeau de l’Association des anciens combattants et victimes de guerre à 11 heures précises.

Je vous invite, chez vous, à observer une minute de silence à cet instant.

Aujourd’hui, la menace qui pèse sur l’humanité tout entière à cause de la pandémie du COVID 19, nous pousse à ressentir de l’humilité, sans doute commune aux êtres humains de cette époque, face au constat que nous sommes obligés de faire, devant notre fragilité.

Ce 8 mai 1945, la France, comme le monde entier, est abasourdie par ces près de six années qui viennent de s’écouler.

La guerre déclarée le 1er septembre 1939 ne devait pas durer. Pourtant la capitulation de l’Allemagne nazie, n’est signée que le 8 mai 1945 après des combats sans précédent, des pertes inimaginables, des traumatismes profonds au sein de chaque nation, des destructions incommensurables.

La France subira la défaite suivie de la collaboration et la participation à l’envoi de ses enfants vers les camps de la mort, les combats sur son territoire, le sacrifice de ses soldats, celui de ces femmes et de ces hommes qui combattront dans l’ombre de la Résistance.

Plus de 200 000 soldats français, dont les soldats issus des colonies, ont trouvé la mort.

La population civile a subi la perte de plus de 350 000 personnes. Dans notre commune, nombreuses sont les familles meurtries dans leur chair par la perte d’un fils, d’un père, d’un proche. Nous leur exprimons aujourd’hui notre profonde reconnaissance.

Simone de Beauvoir a écrit cette phrase : «   C’est parce qu’il y a un vrai danger, de vrais échecs, une vraie damnation terrestre, que les mots de victoire, de sagesse ou de joie ont un sens. »

Je vous propose donc de penser à ces mots pendant une minute de silence en hommage à tous ceux qui, par leur sacrifice, ont mené la France à la victoire. Soyons les garants de la sagesse nécessaire à la Paix et profitons de la joie qui émane de notre démocratie.

 

Yves Lombardo,

Adjoint au maire déléguée aux affaires militaires